Confiner PostgreSQL avec SELinux

22/09/2014, 14:23:47

J’avais déjà expérimenté un peu avec SELinux il y a deux ans sans aller trop loin, parce que j’entendais souvent la phrase “Si on veut de la sécurité, il faut SELinux” et surtout à cause de l’arrivée de l’extension sepgsql dans les modules contrib de PostgreSQL. Ça avait donné une conf pour le Fosdem où finalement, j’ai plus parlé des privilèges classiques que de SELinux.

Suite à une demande au ${BOULOT}, je me suis replongé dedans, et les choses ont peu évolué. Dans la majorité des recherches que j’ai pu faire, SELinux reste tout de même un truc qui se met en travers la route, c’est-à-dire, qu’il y a toujours plus de résultats sur comment le désactiver plutôt que configurer les choses correctement. Ensuite, certains proposent de faire aveuglement confiance à setroubleshoot et audit2allow pour faire taire la bête. Enfin, j’ai dû trouver une page ou deux après en deux semaines à temps plein sur le sujet qui parlent de comment confiner un utilisateur dans le but d’implémenter ce que promet SELinux et que toutes les entreprises demandent : le RBAC, Role Based Access Control, ou comment donner le moins de droits possibles aux sous-traitants qui hébergent les serveurs.

Cette fois ci, je suis allé plus loin. Déjà, je suis parti sur une
installation de CentOS 6, la famille de distribution
RHEL/CentOS/Fedora semble être la plus en avance par rapport à SELinux
à peu près tous les services/daemons fournis dans l’install sont confinés par SELinux. Les utilisateurs ne le sont pas au login, il n’y a donc aucune configuration de RBAC. On verra peut-être ça plus tard, j’ai pas encore obtenu de résultat satisfaisant sur ce sujet, et il vaut mieux expliquer comment confiner correctement PostgreSQL avant de passer aux roles. Tout simplement, parce qu’il est très simple de casser ce confinement avec la configuration par défaut de RHEL, grâce à pg_ctl. Enfin, l’installation des paquets du PGDG n’est pas confinée par défaut, il manque les file contexts adaptés aux chemins particuliers de ces paquets, prévu pour faire cohabiter plusieurs versions majeures ; ce qui ne correspond pas ce qu’à prévu Red Hat pour PostgreSQL.

Après cette longue introduction, mais avant de commencer, il faut savoir administrer un minumum SELinux : si vous ne savez pas qu’il existe des options -Z, ce que sont les contexts, les types et les domaines, mieux vaut d’abord se documenter, par exemple chez Red Hat.

Voici donc les file contexts à ajouter dans un fichier module.te pour confiner l’installation PostgreSQL du PGDG :

/etc/rc\.d/init\.d/(se)?postgresql(-.*)?    --  gen_context(system_u:object_r:postgresql_initrc_exec_t,s0)
/usr/pgsql-[0-9]+\.[0-9]+/bin/initdb        --  gen_context(system_u:object_r:postgresql_exec_t,s0)
/usr/pgsql-[0-9]+\.[0-9]+/bin/pg_ctl        --  gen_context(system_u:object_r:postgresql_initrc_exec_t,s0)
/usr/pgsql-[0-9]+\.[0-9]+/bin/postgres      --  gen_context(system_u:object_r:postgresql_exec_t,s0)
/usr/pgsql-[0-9]+.[0-9]+/share/locale(/.*)?	    gen_context(system_u:object_r:locale_t,s0)
/usr/pgsql-[0-9]+.[0-9]+/share/man(/.*)?        gen_context(system_u:object_r:man_t,s0)

Tout d’abord, pour l’init script et pg_ctl, on utilise le type postgresql_initrc_exec_t, c’est ce qui permet de lancer PostgreSQL dans le domaine confiné postgresql_t au boot, via l’init script, et manuellement. La méthode la plus propre est de toujours utiliser l’init script, idéalement par l’intermédiaire de run_init pour démarrer, arrêter ou redémarrer le postmaster. On évite alors de laisser trainer des choses dans /var/{run,lock}.

Les programmes postgres et initdb doivent avoir le type postgresql_exec_t car ils exécutent le serveur PostgreSQL ; cela doit se faire dans le domaine postgresql_t.

Enfin, on a placé les labels corrects sur les fichiers de traduction et les pages de man, pour faire plus propre. Ce code source de module SELinux alors doit être compilé et chargé.

Cette configuration est reprise dans le module SELinux disponible sur github. On peut aussi l’ajouter manuellement avec semanage :

semanage fcontext -a -t postgresql_initrc_exec_t '/etc/rc\.d/init\.d/(se)?postgresql(-.*)?'
semanage fcontext -a -t postgresql_exec_t '/usr/pgsql-[0-9]+\.[0-9]+/bin/initdb'
semanage fcontext -a -t postgresql_initrc_exec_t '/usr/pgsql-[0-9]+\.[0-9]+/bin/pg_ctl'
semanage fcontext -a -t postgresql_exec_t '/usr/pgsql-[0-9]+\.[0-9]+/bin/postgres'
semanage fcontext -a -t locale_t '/usr/pgsql-[0-9]+.[0-9]+/share/locale(/.*)?'
semanage fcontext -a -t man_t '/usr/pgsql-[0-9]+.[0-9]+/share/man(/.*)?'

Il existe un certain nombre de booleans pour la configuration des droits SELinux de PostgreSQL, le plus important concerne rsync, souvent nécessaire pour faire des base backups. Il s’agit de postgresql_can_rsync, pour l’activer :

semanage boolean -m --on postgresql_can_rsync

Si on lance l’instance sur un port TCP différent de 5432, il faut l’autoriser dans la configuration locale de SELinux :

semanage port -a -t postgresql_port_t -p tcp <port>

Enfin, il ne faut pas oublier d’appliquer les contexts aux fichiers soit avec restorecon, un relabel complet au reboot ou chcon.